La Route....auto-stop | Mobilité | Voyages - Déplacements

Les Piétons

Toutes ces victimes, ces enfants sur le chemin de l'école fauchés,
c'est le résultat de notre pleine et consciente irresponsabilité...

Ce sont en majorité des pères, des mères de famille, ces conducteurs distraits, qui ignorent les principales règles de sécurité routière, les pressés, les stressés mais surtout les très stupides qui enlèvent des vies à d'autres familles...On pourrait appeller cela aussi de "l'auto-mutilation", parce que ça n'arrive pas qu'aux autres...
A ceux qui l'ont vécu, comment survivent-ils après avoir causé un accident qui laissera des séquelles presque insurmontables à un jeune, un adolescent, une retraitée ?
Nous consommons des kilomètres chaque jour sans réellement voir ce qui nous entoure, par habitude. Nous transformons la route en cimetière. C'est dans les faits divers...

 



Voici des chiffres (source France et Belgique) ça me glace le sang, pas vous ?

- C'est en ville que l'on compte le plus d'accidents.

Mais c'est hors agglomération qu'ils sont les plus graves. On compte 7 tués sur 10 hors agglomération (essentiellement parce que la vitesse y est plus élevée).
Dans 40% des cas, les accidents hors agglomération sont des accidents où 1 seul usager est impliqué (sorties de route...).

 

 

- Des chercheurs américains ont analysé des vidéos tournées à un carrefour de Las Vegas, aux abords d’un passage piéton.

Le résultat est saisissant : sur 461 voitures, seulement 28 % se sont arrêtées pour laisser passer le piéton.
Un résultat d’autant plus étonnant sachant que comme en Belgique, les Américains doivent laisser la priorité aux piétons. Les conducteurs doivent être informés qu’ils doivent légalement céder le passage. Il est difficile de dire s’ils ne le cèdent pas parce qu’ils ne connaissent pas les lois ou parce qu’ils ne veulent juste pas céder le passage...
Les piétons sont confrontés à certains défis en matière de sécurité, ça ne date pas d'hier, c’est tout de même inquiétant

 

 

Plus les automobilistes ont une voiture qui coûte cher, moins ils s’arrêtent aux passages piétons. La probabilité que l’automobiliste s’arrête chuterait de 3 % par tranche de 1 000 $, en fonction de la valeur de la voiture.

 

Chaque année, environ 15% des personnes tuées sur les routes françaises sont des piétons.

Les deux catégories de personnes les plus concernées sont les jeunes de moins de 18 ans (généralement des enfants) et les personnes âgées de plus de 75 ans. Plus du tiers des piétons tués sont des personnes âgées de plus de 75 ans.
Les accidents de la route entraînant le décès de piétons ont lieu deux fois sur trois en milieu urbain, et une fois sur deux la nuit.

 


La nuit

La nuit, on compte seulement 10% du trafic routier, mais près de la moitié des tués (46%).
Les causes : un sentiment de sécurité en raison du faible trafic (alors que la visibilité est considérablement réduite), entraînant une hausse des prises de risques et des infractions (vitesse, respect des signalisations de priorité, dépassements dangereux...).

C'est pourquoi nous avons conçu le Poncho en partie avec du tissu Réflectif.



Les usagers fragiles,

(piétons, 2 roues) représentent près de la moitié des tués sur la route (plus de 40%). Même si ces usagers prennent parfois quelques risques, c'est avant tout le mauvais comportement d'autres usagers qui sont à l'origine de l'accident : vitesse excessive, refus de priorité, dépassement dangereux...
Chez les piétons, ce sont les personnes âgées qui sont les plus touchées.
Chez les 2 roues, ce sont les motards (600 tués/an).
Remarque : les rollers et les skateboards sont assimilés aux piétons. Les accidents de piétons incluent donc les utilisateurs de rollers et de skateboards.

 

Si vous êtes vraiment pressé et que les piétons vous gênent, ils vous reste le Tank...!!!

 

Enfants fauchés à Lorient: Ce qu'il faut retenir de la conférence ...

4 enfants accidentés sur 10 le sont sur le trajet scolaire.  Slow life 



Globalement, 46% des enfants impliqués dans un accident sur le chemin de l’école étaient passagers de voiture; 33% étaient piétons et 21% étaient cyclistes. Une analyse des modes de transport utilisés par les enfants accidentés en fonction de la localisation de l’accident ....

 


L’accidentalité des piétons sur l’année de référence (2010), les piétons représentent 14 % des victimes

(12 571 victimes) et 12 % des tués (485 tués). Dans un quart des déplacements, la marche est le mode principal. Elle précède ou succède à un autre mode de déplacement dans un cas sur deux (source : la Revue du CGDD, la mobilité des Français, décembre 2010). La marche est le moyen de transport le moins exposé au risque routier par trajet. Cependant, la distance parcourue à pied est plus courte que pour les autres modes de transport. De ce fait, ramenée au kilomètre parcouru, la probabilité d’être tué est six fois supérieure pour ce mode de transport que pour l’automobile, celle d’être blessé trois fois supérieure (source : accidentalité à vélo et exposition au risque, IFSTTAR, décembre 2012). Dans les accidents impliquant un piéton, les piétons représentent 99 % des tués et 93 % des blessés (respectivement 99 % et 89 % pour les piétons pour les accidents impliquant un piéton hors agglomération).

 


- L’accidentalité des piétons hors agglomération

Sur la période 2008-2012, les accidents de piétons hors agglomération ont représenté 3 098 accidents faisant 3 718 victimes (dont 656 tués, dont 647 piétons), soit en moyenne pour une année environ 620 accidents et 740 victimes (dont 130 tués). Nous pouvons comparer ces données à celles des ensembles de référence, calculées pour l’année 2010 : par rapport à l’ensemble des accidents impliquant au moins un piéton, les accidents de piétons hors agglomération représentent environ 5 % des accidents, 5 % des victimes et 2,5 % des tués ; par rapport à l’ensemble des accidents hors agglomération, les accidents de piétons hors agglomération représentent environ 4 % des accidents, 3 % des victimes et 5 % des tués. Sur cette même année, tous modes confondus, les accidents hors agglomération représentent environ 1/4 des accidents, 1/4 des victimes et les 2/3 des tués. Le nombre d’accidents impliquant au moins un piéton est donc bien moins important hors agglomération qu’en agglomération, ce qui est logique compte-tenu d’une pratique de la marche plus forte dans les grands centres urbains qu’ailleurs (source : la Revue du CGDD, la mobilité des Français, décembre 2010). À noter que sans Paris (département 75), les accidents dans lesquels au moins un piéton est tué ont lieu dans 30 % des cas hors agglomération (5 % avec Paris). Chaque année, en moyenne, 130 piétons perdent la vie sur les routes hors agglomération. Ce risque routier reste donc un véritable enjeu de sécurité routière. Dans la partie suivante nous allons l’analyser de manière plus détaillée suivant les thématiques ci-dessous : temporalité : mois, jour, heure ; conditions extérieures : météo, jour/nuit ; véhicule impliqué ; localisation : intersection, type de route, géométrie ;  caractéristiques du piéton : manœuvres avant l’accident, sexe, âge, alcool.

 



Un passage pour piétons répondant à des conditions optimales de sécurité, c'est-à-dire minimisant les risques d'accident liés à l'infrastructure, aurait les attributs suivants :

Le passage pour piétons et ses deux zones d'observation seraient bien visibles, de jour comme de nuit, à une distance de visibilité réciproque piéton / conducteur permettant à ce dernier de ralentir et si nécessaire de s'arrêter d'une manière confortable  Les longueurs de traversées et les conditions de trafic (nombre de véhicules et vitesses) seraient telles qu'un piéton puisse traverser la chaussée confortablement sans être confronté à un véhicule dont la présence sur le passage pour piétons était imprévisible au moment de s'engager sur la chaussée Les possibilités d'effectuer un dépassement dans le voisinage direct du passage pour piétons seraient exclues et le piéton n'aurait pas à traverser plus d'une voie par sens de circulation  Les vitesses de circulation des véhicules seraient modérées  Le passage pour piétons serait implanté de telle sorte qu'il n'impose pas de détour ou de contrainte exagérés pour les piétons, poussant ceux-ci à une prise de risque hors du passage pour piétons...



Les piétons sont confrontés à certains défis en matière de sécurité, c’est inquiétant.
Mais où que vous vous trouviez, vous serez plus en sécurité en portant le Poncho HHFamily...

 

2018 : une automobiliste me renverse et prend la fuite...bilan fracture multiple au poignet, 4 broches...  Non, ça n'arrive pas qu'aux autres...