Mobilité | Voyages - Déplacements

La mobilité de demain


Je me suis permis de répondre aux médias.


La mobilité est à la base de notre vie quotidienne et de notre économie. Dès lors, comment assurer un développement durable sans un modèle de mobilité qui soit lui aussi durable ? Dans une série de trois notes d’analyse, POUR LA SOLIDARITÉ-PLS se penche sur la nécessité de repenser nos modèles et nos politiques de mobilité. Cette note s’intéresse aux politiques européennes de mobilité durable.

Droit de réponse : Libre à celui qui le veut et le peut de faire du stop sur une route, voire de le cumuler avec l'usage d'un transport en commun, d'un vélo…C'est aux gens eux-mêmes de gérer les transports.

Aujourd’hui, au-delà de l'affirmation de la liberté fondamentale de circulation, se pose l’enjeu de la mobilité durable, à savoir une organisation des transports qui optimise la consommation d'énergie, ainsi que les temps, les parcours et les conditions des déplacements.

Droit de réponse :   Exemple : Nice, en France, une cité soi-disant bien gérée....avec une dette frolant un milliard et demi d'euros. Une ville pourrie, gangrénée...mais au soleil avec une nouvelle ligne de métro dont le Budget initial a explosé, un gouffre mais chut !... la modernité n'empêchera les problèmes récurrents...Mais plus que tout, les grandes villes ont peur de la désertion en masse de leur population. Les villes sont saturées.

Le concept de mobilité durable est apparu dans les années 1990. Il suggère un modèle de déplacement des individus qui passe par l’optimisation de l’usage de tous les modes de transport. Le concept incite surtout à une réflexion plus large sur l’évolution des conditions socio-économiques et leur impact sur les comportements de mobilité individuelle.

Droit de réponse : La migration de la population active vers des zones de faible densité doit être envisagé sérieusement si tant est que les plans d'occupations des sols soient cohérents. Encore, la France doit regretter aujourd'hui d'avoir sacrifié, abandonné des milliers de kilomètres de voie ferrée et des dizaines de milliers de gens. La question de la mobilité durable dans les grandes villes est totalement inopportune, absurde.

À l’échelle de l’Union européenne, la mobilité est surtout synonyme de libre circulation des biens et des personnes comme symbole d’unification européenne et de construction d’un espace européen unique. La mise en place de cet espace de libre circulation a entraîné un développement de la mobilité mais le secteur des transports, très prospère et dynamique du point de vue économique, s'est rapidement trouvé confronté à des charges sociales et écologiques de plus en plus lourdes. Aujourd’hui, au-delà de cette affirmation de la liberté fondamentale de circulation, se pose l’enjeu de la mobilité durable, à savoir une organisation des transports qui optimise la consommation d'énergie, ainsi que les temps, les parcours et les conditions des déplacements.


Droit de réponse :  L'Union Européenne s'est distinguée ces 50 dernières années par son indifférence au bien-être de sa population.
La circulation des biens, de l'argent a toujours été sa principale préoccupation. Ni l'UE ni les pays membres n'ont pu changer les mentalités, ce sont d'autres problèmes que la mobilité qui vont s'accroitrent et nous enliser. C'est l'indifférence aux autres qui engendrent les fissures sociétales. Alors, bon courage.


La stratégie sous-jacente de cette politique est aussi simple qu’évidente : paralyser autant que possible le trafic automobile afin que l’automobiliste, las de manger son volant, finisse par rejoindre le peloton des cyclistes et les rangs des usagers des transports en commun. Otez ses avantages à la voiture et vous renforcerez les atouts de la concurrence. Dirigez le flot vers l’entonnoir et le problème disparaîtra de luimême. Malheureusement, cette stratégie fait fi des lois de la physique et de la circulation. En créant des goulots d’étranglement, vous invitez les automobilistes à faire ce qu’ils font de mieux, à savoir trouver des itinéraires bis, se faufiler partout, contourner les obstacles, comme le ferait l’eau. Et c’en est fini de vos bonnes intentions de rendre les quartiers résidentiels vivables et de réguler la circulation.

Droit de réponse : Je trouve que depuis quelques années, les travaux de voiries, ici et là durent très très longtemps...à qui profite le crime ?

De vraies solutions de rechange et une vraie complémentarité, voilà ce qu’il faut. Des attentes réalistes, aussi. Lorsque les grandes idées des groupes de réflexion et autres commissions sont soumises au test de faisabilité, le constat ne tarde pas à tomber : aux heures de pointe, le métro, le tram et le bus atteignent leur capacité maximale, tout comme la voiture. Quand on sait que l’axe nord-sud est déjà saturé pour les trains, vouloir augmenter la capacité des transports en commun revient à prendre ses rêves pour des réalités. Mais la politique d’asphyxie a un autre coût. Celui de la pression inutile sur la qualité de l’air.

Droit de réponse : blablabla. bravo !

Du point de vue de l’infrastructure, les solutions technologiques viennent résoudre un problème majeur: il est désormais difficile de construire de nouvelles infrastructures de transport, pour des raisons à la fois économiques, environnementales et spatiales. Face à une demande de mobilité qui ne cesse d’augmenter en raison d’une urbanisation croissante et d’une démographie en expansion, il est donc nécessaire d’utiliser au mieux les réseaux existants, d’optimiser leur capacité (dans le temps et dans l’espace) tout en les connectant les uns aux autres pour éviter les redondances et favoriser les synergies.

Droit de réponse : Encore une fois, libérons de l'espace professionnel, cela fera plus d'espaces verts dans les villes, les réseaux de transports et la population se porteront mieux.

Rendre plus confortable l’expérience du voyageur qui bénéficie d’information en temps réel, lui permettant d’évaluer ses options, de valider et/ou de payer avec une billettique sans contact, le tout sur des supports numé-riques et mobiles

Droit de réponse : La seule et unique expérience confortable du voyageur est l'automobile...deux heureux, le conducteur et l'auto-stoppeur. On évite la promiscuité  par les temps qui courent (hygiène, bactéries, virus, etc...), les violences, les agressions, les vols, les retards, les grèves, le bruit, les odeurs, le stress, (lisez les Blogs !)
La billettique sans contact : moins sensuel mais vous passez toujours par la case : Monnaie !


Rendre plus accessibles, plus fiables et plus attractifs les moyens de transport, et donc les territoires qu’ils traversent, en optimisant la gestion des réseaux et des flottes de transport public, en réduisant les nuisances dues aux interruptions de service, en fluidifiant le trafic, mais aussi en facilitant la gestion des flottes de véhicules commerciaux et le suivi des marchandises

Droit de réponse : des mots, encore.
Dans mon dictionnaire, définition de l'expression : Usagers des transports publics :  Moutons de Panurge.

des faits, maintenant :

Info 1  : La SNCF - endettée comme la SNCB - L’entreprise est en situation de surendettement : 56,6 milliards de dette fin 2018 ! Un fardeau insupportable que l’Etat va alléger...
alors, mes Mignons, comme disait Donald Sutherland dans " De l'or pour les braves "...c'est qui, qui nous baise ?

Info 2 : La SNCF : Madame Florence Parly a touché plus de 52 000 par mois durant les six premiers mois de l’année 2017 soit un peu plus de 300 000 euros. Des sommes versées par la SNCF, dont la ministre des Armées a été directrice générale chargée de SNCF voyageurs. Elle n'a pas optimisé les réseaux, seulement ses profits.
Chers voyageurs : Pensez-vous de Madame Duchnoc a justifié son salaire ?

Info 3 Le vrai coût du Tramway : Canada, avec 23 km de tramway et 17 km de trambus, le projet coûtera environ 75 M$ par kilomètre s’il se réalise à l’intérieur de l’enveloppe de 3 G$.
En le comparant à d’autres constructions récentes de tramway, ce montant semble être dans la moyenne. Par exemple, à Nice, en France, le tramway a coûté l’équivalent de 71,5 M$ par kilomètre en 2007 et à Minneapolis, aux États-Unis, environ 104,3 M$ par kilomètre en 2014.
(sources : https://www.journaldemontreal.com/2018/03/24/le-vrai-cout-du-tramway) en France, on ne parle pas trop de ça, c'est jamais très clair.


Tout ce que la société de consommation vous propose n'est pas forcément bon et nécessaire à une vie harmonieuse et quant à ceux qui s'en mettent plein les poches, je ne suis pas sûr qu'ils sont plus heureux que vous. Je ne dis pas qu'il faut regarder en arrière, encore faudrait-il ressentir à nouveau la nature afin qu'elle puisse reproduire en nous de vieux réflexes. Ecoutez la petite voix ! ce ne serait pas inutile...(voir La Charte, les Blogs).
Par ailleurs, n'est-ce pas un signe réconfortant de voir renaître ici et là des petits villages, avec de nouveaux artisans, un médecin, un garagiste, un petit commerce multi-services, enfin, le minimum vital propre à un existence paisible loin des tentations. J'ai vécu personnellement cette expérience plusieurs fois et je regrette cette vie.
Les stratégies de certaines entreprises et petites industries les poussent à ne plus bouder des zones attractives, en milieu rural, près des grands axes routiers. cela donne beaucoup d'espoir à des familles, une vie plus calme, sereine, sans embouteillages, de temps perdu.

Seulement voilà, la réalité qui me déchire et me révolte.
Où sont les hôpitaux, les centres administratifs, techniques, postaux, etc ...? Personne n'en parle vraiment, alors, ce ne doit pas être important.

Les choix de demain en terme de mobilité ne dépendront pas de nos spécialistes, des industriels, des politiques, du digital, de données, de statistiques, d'analyses et d'algorythmes. Ils dépendront de nous.



Termes à apprendre par coeur. Interrogation orale, demain.

La multimodalité, API, Autosolisme, Effet rebond, Ergonomie
Flooding, Free floating, Gentrification, Intermodalité, IoT
L4, L5 – Niveaux supérieurs de conduite autonome,
MaaS Mobilités actives ,Mobilités douces, Modalité, Mode agile,
Multimodalité, PDIE, TCSP – Transport collectif en site propre...

( https://blogrecherche.wp.imt.fr/2018/09/18/20-termes-pour-comprendre-la-mobilite/ )