Mobilité | Philosophie - Bien-être - Way of life | Voyages - Déplacements

Se réaliser

Chacun de nous trouve le temps nécessaire pour être mieux, plus heureux s'il s'en donne les moyens.
L'argent n'a rien à voir.


                  
Dès notre plus jeune âge, nous sommes formés, manipulés, influencés, guidés pour de bonnes comme de moins bonnes intentions. Mais le but est là. Affecter notre jugement, altérer notre capacité de  réflexion afin que tout ou presque devienne une routine.
Le comportement des consommateurs en est un des meilleurs exemples. Nous assistons chaque jour à des pratiques nous incitant à ne pas résister aux tentations.
Changer sa voiture, son téléphone, son mobilier, c'est une habitude, un caprice, ce sont des comportements automatiques.

Vous trouverez via internet des milliers de témoignages de gens dont la volonté a été le levier essentiel
à leur reconversion totale et réussie.

Cette volonté peut se définir comme suit :
il s’agit de la capacité à réguler ses comportements et ses pensées afin d’atteindre un objectif. Ne pas manger de biscuits, ne pas fumer, ne pas allumer la télé, etc. Sachez que les gens qui ont « plus » de volonté ont de nombreux avantages. Ils sont plus heureux, en meilleure santé et plus satisfaits de leurs relations. Ils ont aussi de meilleures carrières et gèrent mieux le stress et les conflits.

Changer de vie ne demande pas beaucoup d'effort, cela demande du travail.
Il faut le vouloir, s'y préparer, s'engager pleinement, il n'y a pas d'obstacles que vous ne pouvez franchir surtout si votre proche entourage partage votre enthousiasme.

Alors commencez dès maintenant et soyez plus heureux demain !

La Vie rêvée de Walter Mitty - Film à voir ou à revoir.

Se réaliser, se fixer des objectifs et les atteindre                                                                                                                                  https://se-realiser.com/nouvelles-habitudes/


Pourquoi j'ai aussi crée Hitch hiking family ?

C'était en Novembre 2019. Pendant deux semaines, je suis allé distribuer des flyers.
4 h 15 : je rentre dans le parking en sous sol de la gare ferroviaire de Namur.
Un homme gare sa voiture pour une longue journée, rejoint les quais de gare, destination, Bruxelles, de là, il prend le bus ou Le métro, encore quelques pas et le voici sur son lieu de travail ou de rendez-vous, 1 h 30 plus tard, au mieux.
18 h 30 au mieux : Retour à la maison.
Une expérience que je n'oublie pas.

                                                                                                            

Gare de Namur - L'entonnoir.


Vivre ou travailler dans les grandes villes et leurs périphéries devient de plus en plus insupportable.
Le Bruit, la pollution, l'indifférence, le stress, les encombrements, les embouteillages, les transports toujours plus chers...autant de frustrations qui compromettent notre intégrité mentale et physique.


Revenons à la personne qui vit à Namur ou ses alentours ; il dépense annuellement environ                                   -     500  euros de parking (abonnement mensuel 52 euros)
-  2 400  euros billets de Train aller/retour
-  1 800  euros billets de métro Bruxelles intra-muros
-     450  euros carburant (domicile - Gare de Namur)

soit un Total de 5150 euros de frais de Transports, soit une dépense mensuelle de 412 euros
c'est le troisième budget de dépenses des ménages.

Dans l'hypothèse où vous décidez d'exercer votre métier au plus près de chez vous en acceptant une baisse de salaire qui ne dépassera pas les 200 euros, vous êtes "gagnant" sur le plan financier.
Mais vous aurez gagné plus de temps à passer avec vos proches, fini ! les soucis de retards, fini ! la foule, fini ! les incivilités permanentes et récurrentes, bonjour ! la santé.

Que vous changiez ou pas de situation, de vie,  dans les deux cas, vous pouvez envisager de faire de l'auto-stop...c'est sain, convivial, enrichissant, relaxant...

Il existe des centaines d'entreprises installées en milieu rural pour des raisons fiscales, elles vous attendent ; chacun dans vos compétences pouvez trouver chaussure à votre pied...je l'ai fait.
Il n'y a pas de miracle, c'est juste une question de volonté, d'organisation, un peu de chance mais vous avez tout à y gagner. Demain, la réussite professionnelle viendra de la polyvalence.

Ces mots s'adressent aussi aux personnes qui sont soi-disantes très heureuses...



Changer de métier presque comme changer de chemise, c'est toute ma vie. Je l'ai choisi



Une marginalité réfléchie et désirée

Parmi ces nouveaux «trabo» (comprenez travailleurs bohèmes, en référence au sociostyle décrit par David Brooks) se trouvent les bienheureux. Ceux qui ont choisi de prendre la tangente en suivant la tendance du moment qui prône un grand retour à une vie simple et proche de la nature. Les «mébodus», ces accrocs du «métro-boulot-dodo», réalisent qu’ils sont passés à côté de leur vraie vie, celle à laquelle ils aspiraient étant enfants. Une prise de conscience qui surgit bien souvent en milieu de vie et qui exprime un soudain besoin vital de sérénité. Nécessité qui représente un virage à 180 degrés pour la plupart. Ceux-là ne sont pas à plaindre en effet car ils choisissent ce non -conformisme en toute connaissance de cause et souvent par conviction.

 


Il en est tout autrement pour d’autres…
Et si l’instabilité professionnelle était un signe de curiosité exacerbée ?

Car il y a également ceux dont le parcours, riche de nombreuses expériences dans différents domaines professionnels, surprend, intrigue… Allant même jusqu’à susciter le doute, pire : la suspicion… Ces individus ne rentrent dans aucune des cases bien normées du monde du travail et bousculent les règles.

Ils sont en quelque sorte des électrons libres par nature ! Contrairement à leurs confrères trabos, ils sont depuis toujours poussés par une irrésistible envie d’apprendre, une curiosité à toute épreuve et très aiguisée. Ils ont besoin de se renouveler, de se lancer en permanence de nouveaux défis et gèrent difficilement la routine. Ceux-là ont des carrières aussi triturées et illogiques qu’excitantes, captivantes, exaltantes ! Dignes d’un roman certes, mais malheureusement totalement incongrues en France, notamment…

 



Bref : une différence subie et non désirée. Qui s’avère parfois être très mal vécue. Manque de reconnaissance, découragement, doute sur leurs propres capacités… Cette distinction peut engendrer un mal-être profond qui peut aller jusqu’à la dépression. Quel gâchis !

Les Anglo-saxons l’ont compris, eux, il y a fort longtemps : un parcours riche et varié est un véritable atout dans le monde du travail. Une force inestimable, quelque soit le poste convoité.
Les carrières parfois courtes mais toujours réussies de ces individus atypiques reflètent une adaptabilité, une flexibilité et une motivation hors normes. Et c’est bien là le problème ! Dans notre beau pays, tout ce qui n’est pas défini et calibré précisément fait peur.


Oser la différence. Apprendre à connaître avant de juger

Pourquoi ce type de candidat serait-il recherché et très prisé en Angleterre, aux États-Unis, au Canada, par exemple, alors que dénigré, méprisé et stigmatisé dans l’hexagone ? Dans ces contrées, les profils atypiques mettent toutes leurs capacités et compétences au service d’employeurs qui ne le regrettent que très rarement. Parce que ces derniers ont osé briser les règles et évoluer.

Question de culture à n’en point douter… Nos recruteurs ne sont pas suffisamment formés à la psychologie de l’individu et à l’écoute attentive. Ils ont leurs références. Des cases bien cadrées, éprouvées au fil de longues années de quêtes enragées. On ne leur jettera pas la "pierre" car agir autrement les marginaliserait eux-mêmes et risquerait de mettre en péril leur belle activité. Quid des nouveaux métiers qui demandent rigueur et adaptabilité à la fois ? Quid de la génération Y que l’on ne cesse de vouloir brider ? Est-ce si mal que de vouloir évoluer différemment ? N’est-ce pas ainsi que tout progrès s’opère ? Petit à petit, certains osent et prennent le risque… partant de l’adage «qui ne tente rien, n’a rien»…    

A quand un monde libéré de ses carcans ?

 

Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre.  M.A.